Ajouté à la liste
Supprimé de la liste
La requête a échoué. Veuillez vous assurer que vous êtes connecté à Internet et réessayer. Si cela ne vous aide pas, nous serons heureux de vous aider par e-mail à l'adresse support@filmingo.ch ou par téléphone au +41 56 430 12 30
Pour utiliser votre liste, prière de vous identifier ou, si vous n'avez pas encore de compte, d'en créer un.

Snow - neige (2008)

Aida Begic, Bosnie et Herzegovina

"La neige ne tombe pas pour couvrir la colline, mais pour que chaque animal laisse une trace de son passage."

Six femmes, un grand-père, quatre petites filles et un garçon vivent à Slavno, village isolé et dévasté par la guerre. Leurs familles et amis ont été tués et leurs corps n’ont jamais été retrouvés. Les premières neiges vont les couper du monde et risquent de mettre la vie des villageois en danger. Tandis que la menace se rapproche, les villageois, menés par Alma, tentent d’échapper à la misère en vendant des confitures, des fruits et des légumes, qui ont fait la réputation du village. Un jour, deux hommes d’affaires débarquent à Slavno en leur demandant d’abandonner leurs maisons en échange d'une certaine somme d’argent. Les villageois se trouvent face à un dilemme: doivent-ils accepter une offre qui pourrait leur sauver la vie, mais leur prendre leur âme? Une tempête soudaine piège les visiteurs dans le village, les contraignant à affronter un problème plus grave encore, la vérité.

Premiers flocons
L’histoire se déroule au coeur d’un petit village
isolé de l’Est de la Bosnie, largement marqué
par la guerre. Dans cet endroit figé par le
temps, où toute trace de modernité semble
n’avoir jamais existé, la jeune réalisatrice
bosniaque Aida Begic' dresse les portraits
de femmes vivant sans hommes, survivantes
d’un proche passé douloureusement chargé.
Entourées d’un vieil imam et d’un petit garçon
mutique dont la chevelure repousse étrangement
vite, elles sont les dernières rescapées
du village. A la fin du conflit, elles ont dû
s’organiser, pour continuer à vivre. Couture,
confection de tissus, culture de fruits et
légumes, fabrication de savoureuses compotes
de prunes. Leur quotidien est rythmé par
de nouvelles activités. Alma, par exemple,
est convaincue qu’il est possible de redonner
un peu de prospérité au village en vendant
des pots de confiture au bord de la route.
Sabrina, elle, est amoureuse d’un étranger et
rêve de quitter cet endroit et l’isolement qui
le caractérise.

Malgré leurs multiples différences, cette
petite communauté reste pourtant unie
par un lien particulièrement fort: ils sont les
gardiens de la mémoire du passé. Entre
tristesse et furtifs instants de joie, les relations
sont intenses et contrastées. L’illusion
et le doute nourrissent encore l’espoir que
l’être cher pourrait réapparaître, le deuil
n’est pas envisageable. L’arrivée au village
de deux hommes va venir accélérer la tournure
des événements. Comme le dit le proverbe,
la neige ne tombe pas pour couvrir la
colline, mais pour que chaque animal laisse
une trace de son passage... Après plusieurs
années de recherches et de travail, Aida
Begic' propose un film touchant, engagé,
poétique et empreint de réalisme, soutenu
par une photographie ample et pure.

Durée
100 minutes
Langue
VO bosnien
Sous-titres
allemand, français
Qualité
480p
Disponibilité
Suisse, Liechtenstein
Aida Begic
Children of Sarajevo (2012)
Aida Begic
Bosnie et Herzegovina
89′
Rahima, 23 ans, travaille dans la cuisine d’un restaurant huppé de Sarajevo. Elle vit avec son frère Nedim, 14 ans. Elle a du mal à joindre les deux bouts avec son maigre salaire, mais elle essaie, envers et contre tout, de reconstruire une atmosphère familiale et de protéger Nedim. Dans une mise en scène superbement travaillée, Aida Begic laisse entrevoir une petite lueur dans une Sarajevo qui n’a pas fini de panser ses plaies dues à la guerre. Nedim et sa grande soeur Il y a les événements historiques, ceux qui font la une des journaux, les guerres, les coups d’Etat, les soulèvements. Puis, il y a l’«après», le plus souvent oublié car peu spectaculaire. Cet «après», ce sont les blessures psychiques et morales qui ne se cicatrisent pas, ou si mal, ce sont les sociétés exsangues où les repères se perdent. Et c’est de cet «après», dont nous parle Aida Begic, dans Sarajevo où les pétards des fêtes de fin d’année ont le son d’autres détonations de sinistre mémoire. Rien de lourd pourtant, ni de didactique, dans cette évocation. Les enfants de Sarajevo a trouvé sa propre respiration, en fait celle de Rahima que la caméra suit sans discontinuer. Nerveuse, sèche, comme la jeune femme qui cherche à se protéger, elle et son petit frère à qui elle voudrait offrir un semblant de cellule familiale. Nedim est en effet suivi par des services sociaux vaguement corrompus qui reprochent à Rahima, comme d’autres personnes de son entourage, son engagement religieux. Leur situation, déjà précaire, se compliquera encore lorsque Nedim se collettera avec le fils d’un personnage politique influent. Rahima devra vite trouver de l’argent pour rembourser la casse, découvrant au passage que l’adolescent se livre à de petits trafics. Des images d’archives, chaotiques, fuyant les balles des snipers, rappellent à quoi ont échappé les deux orphelins obligés de survivre envers et contre tous. La beauté de Rahima, hiératique dans ce voile qui lui enserre la tête, - magnifiquement incarnée par la jeune Serbe Marija Pikic - est comme un bras d’honneur fait à ce monde qui n’a pas su faire la paix. Car elle porte le film à bout de bras, l’adoucit et fait sourdre, malgré tout, une lueur d’espérance, à l’image de la complicité retrouvée entre Nedim et sa grande sœur. Martial Knaebel
Ajouté à la liste
Supprimé de la liste
La requête a échoué. Veuillez vous assurer que vous êtes connecté à Internet et réessayer. Si cela ne vous aide pas, nous serons heureux de vous aider par e-mail à l'adresse support@filmingo.ch ou par téléphone au +41 56 430 12 30
Pour utiliser votre liste, prière de vous identifier ou, si vous n'avez pas encore de compte, d'en créer un.

Le pur plaisir du cinéma, où que vous soyez: filmingo propose une sélection de films d'auteur en streaming par abonnement ou en location individuelle. Géré par la fondation suisse trigon-film.

Aide
+41 56 430 12 30
support@filmingo.ch
Lun-ven de 9:00 à 17:00
Rester au courant

Inscrivez-vous maintenant à la newsletter mensuelle de filmingo qui vous tiendra informé sur tous les nouveaux films, les catégories et les suggestions du mois!