Ajouté à ma liste
Supprimé de la liste
La requête a échoué. Veuillez vous assurer que vous êtes connecté à Internet et réessayer. Si cela ne vous aide pas, nous serons heureux de vous aider par e-mail à l'adresse support@filmingo.ch ou par téléphone au +41 (0)56 430 12 30
Pour utiliser votre liste, prière de vous identifier ou, si vous n'avez pas encore de compte, d'en créer un.

Lola

Brillante Mendoza, Philippines, 2009

Deux grands-mères philippines usées par le poids du temps et la vie dans les quartiers pauvres de Manille se rencontrent, sans savoir qu’un événement les lie, fatalement. La première vient de perdre son petit-fils, assassiné par celui de la seconde. Avec cette chronique sociale bouleversante, le réalisateur
philippin Brillante Mendoza propose son film le plus humain, le plus moralement retentissant.

Chronique sociale bouleversante

Frêle et dérisoire silhouette courbée sous un parapluie déchiré par la pluie battante, Lola Sepa allume une bougie sur le trottoir où son petit-fils a été tué d’un coup de couteau par un voleur qui voulait lui prendre son téléphone portable. Lola Puring, la grand-mère du meurtrier, vit elle aussi dans la plus grande précarité, dans l’impitoyable ville de Manille. Toutes deux déambulent dans une fourmilière urbaine bruyante et inondée, chaotique et misérable, contractant auprès d’usuriers des prêts afin de pouvoir payer, l’une l’enterrement, l’autre, le procès, et luttant infatigablement, malgré leur grand âge, pour le salut de leur famille.
Deux grands-mères philippines usées par le poids du temps et la vie dans les quartiers pauvres de Manille se rencontrent, sans savoir qu’un événement les lie, fatalement. La première vient de perdre son petit-fils, assassiné par celui de la seconde. Avec cette chronique sociale bouleversante, le réalisateur
philippin Brillante Mendoza propose son film le plus humain, le plus moralement retentissant.

Chronique sociale bouleversante

Frêle et dérisoire silhouette courbée sous un parapluie déchiré par la pluie battante, Lola Sepa allume une bougie sur le trottoir où son petit-fils a été tué d’un coup de couteau par un voleur qui voulait lui prendre son téléphone portable. Lola Puring, la grand-mère du meurtrier, vit elle aussi dans la plus grande précarité, dans l’impitoyable ville de Manille. Toutes deux déambulent dans une fourmilière urbaine bruyante et inondée, chaotique et misérable, contractant auprès d’usuriers des prêts afin de pouvoir payer, l’une l’enterrement, l’autre, le procès, et luttant infatigablement, malgré leur grand âge, pour le salut de leur famille. Tourné à la façon d’un documentaire, comme ses précédentes oeuvres, Brillante Mendoza a su une nouvelle fois s’entourer d’acteurs au jeu et à la justesse particulièrement impressionnantes. Les deux héroïnes sont des comédiennes professionnelles. L’une est actrice depuis les années 50. L’autre est une brillante professeure de littérature qui a étudié à New York et joue la comédie depuis les années 70.
Durée
110 minutes
Langue
VO filipino, tagalog
Sous-titres
allemand, français (vostfr)
Qualité
720p
Disponibilité
Suisse, Autriche, Liechtenstein
Woman in the Septic Tank
Marlon N. Rivera
Philippines
87′
Une équipe de jeunes cinéastes est en pleine préparation du tournage d’un film dans un des bidonvilles qui entourent Manille. Le réalisateur Rainier et son producteur Bingbong rêvent de faire le «hit» qui les conduira tout droit aux Oscars. Mais pour cela, il faut des images choc et une star confirmée pour le rôle principal. Pour son premier film, Marlon N. Rivera dresse un portrait au vitriol d’un certain milieu du cinéma indépendant philippin. Le cinéma indépendant se rit de lui-même Le sujet que nos deux compères ont choisi et rêvent de tourner est «à la mode». Ce sera donc la misère des bidonvilles: Mila, une mère de famille doit nourrir ses sept enfants qui, jour après jour, se partagent un modeste sachet de soupe de nouilles. Ils habitent dans ce qui ressemblent plus à un abri de fortune qu’à une habitation. Pour améliorer l’ordinaire de ses enfants, Mila décide de «vendre» l’une de ses filles à un pédophile européen. Et pourquoi pas plutôt un de ses garçons? Ne serait-ce pas plus choquant, donc plus vendeur? Voilà de quoi discutent Bingbong et Rainier, dans leur belle voiture dernier cri, équipés de dernières versions des iPad et iPhones, buvant des cafés sophistiqués au Starbuck du coin. Marlon N. Rivera ne fait pas dans la dentelle, les portraits sont chargés au maximum pour creuser encore le fossé entre deux réalités voisines qui ne se mélangent pas. Il n'est nul besoin d'être au fait de la production d’un film pour saisir l’ironie de certaines situations. Ainsi, lorsqu’il s’agit de choisir la star qui jouera le personnage de Mila, certaines scènes sont répétées avec des variations selon l’humeur et l’imagination des protagonistes qui rêvent même d’une comédie musicale. Lorsque le choix s’est arrêté enfin sur Eugene Domingo (elle fait plus «pauvre» que les autres). Celle-ci, dans une immense villa immaculée, cabotine et caricature son propre personnage. Le tournage peut commencer. Il n’y a pas vraiment de méchanceté dans cette description, peu flatteuse mais somme toute très fidèle, du milieu du cinéma indépendant philippin. Le ton de la comédie employé adoucit la charge. Salué et primé par la profession du pays, «The Woman in the Septic Tank» fut aussi un grand succès public aux Philippines.
Ajouté à ma liste
Supprimé de la liste
La requête a échoué. Veuillez vous assurer que vous êtes connecté à Internet et réessayer. Si cela ne vous aide pas, nous serons heureux de vous aider par e-mail à l'adresse support@filmingo.ch ou par téléphone au +41 (0)56 430 12 30
Pour utiliser votre liste, prière de vous identifier ou, si vous n'avez pas encore de compte, d'en créer un.