marqué comme vu
marqué comme non vu
La requête a échoué. Veuillez vous assurer que vous êtes connecté à Internet et réessayer. Si cela ne vous aide pas, nous serons heureux de vous aider par e-mail à l'adresse support@filmingo.ch ou par téléphone au +41 (0)56 430 12 30
Ajouté à ma liste
Supprimé de la liste
La requête a échoué. Veuillez vous assurer que vous êtes connecté à Internet et réessayer. Si cela ne vous aide pas, nous serons heureux de vous aider par e-mail à l'adresse support@filmingo.ch ou par téléphone au +41 (0)56 430 12 30
Pour utiliser votre liste, prière de vous identifier ou, si vous n'avez pas encore de compte, d'en créer un.

Au loin s'en vont les nuages

Aki Kaurismäki, Finlande, 1996

Ce film n'est plus disponible

Ce film n'est plus disponible

Lauri perd son boulot de chauffeur de tramway et le restaurant où travaille sa femme (le Dubrovnik), Ilona, est racheté par une chaîne de restauration. Le film retrace alors l'itinéraire de ce couple pour subvenir à ses besoins. Chacun va tenter de retrouver du travail dans sa branche ; mais l'âge de Lauri va l'empêcher de retrouver du travail dans les transports, et la crise de la restauration oblige Ilona à travailler dans un petit restaurant minable, sous-payée et même non déclarée au fisc. Elle se fait licencier à la suite d'un contrôle fiscal. Elle rencontre alors l'ancien portier du Dubrovnik, qui est devenu cordonnier, et ils tentent d'obtenir un prêt pour ouvrir un nouveau restaurant, ce qui leur est refusé. Elle rencontre ensuite l'ancienne patronne du Dubrovnik, refait la demande avec la patronne comme garant, et cette fois le prêt lui est accordé. Avec l'aide de son mari et de toute l'ancienne équipe du Dubrovnik, ils ouvrent un nouveau restaurant : le Travail (Työ en finnois).
Lauri perd son boulot de chauffeur de tramway et le restaurant où travaille sa femme (le Dubrovnik), Ilona, est racheté par une chaîne de restauration. Le film retrace alors l'itinéraire de ce couple pour subvenir à ses besoins. Chacun va tenter de retrouver du travail dans sa branche ; mais l'âge de Lauri va l'empêcher de retrouver du travail dans les transports, et la crise de la restauration oblige Ilona à travailler dans un petit restaurant minable, sous-payée et même non déclarée au fisc. Elle se fait licencier à la suite d'un contrôle fiscal. Elle rencontre alors l'ancien portier du Dubrovnik, qui est devenu cordonnier, et ils tentent d'obtenir un prêt pour ouvrir un nouveau restaurant, ce qui leur est refusé. Elle rencontre ensuite l'ancienne patronne du Dubrovnik, refait la demande avec la patronne comme garant, et cette fois le prêt lui est accordé. Avec l'aide de son mari et de toute l'ancienne équipe du Dubrovnik, ils ouvrent un nouveau restaurant : le Travail (Työ en finnois).
Durée
95 minutes
Langue
VO finlandais
Sous-titres
allemand fix, français fix
Qualité
1080p
Disponibilité
Suisse, Liechtenstein
The Other Side of Hope
Aki Kaurismäki
Finlande
100′
Helsinki. Deux destins qui se croisent. Wikström, la cinquantaine, décide de changer de vie en quittant sa femme alcoolique et son travail de représentant de commerce pour ouvrir un restaurant. Khaled est quant à lui un jeune réfugié syrien, échoué dans la capitale par accident. Il voit sa demande d’asile rejetée mais décide de rester malgré tout. Un soir, Wihström le trouve dans la cour de son restaurant. Touché par le jeune homme, il décide de le prendre sous son aile. Le nouveau chef-d’oeuvre de Kaurismäki, « L'autre côté de l'espoir » est un film plein de coeur, d’espoir et de mélancolie. Après « Le Havre », il s’agit du deuxième volet de sa trilogie des villes portuaires, qui conte la vie comme un jeu de forces opposées qui se disputent sans cesse entre bonheurs, déceptions et déchirements de l’âme. Et bien entendu, les ingrédients qui rendent les films de Kaurismäki à nul autre pareils, y sont bien présents aussi : humour pince-sans-rire, dialogues d’anthologie, décors saisissants et images composées de main de maître. Avec le bijou cinématographique qu’est « L'autre côté de l'espoir », ce cultissime réalisateur finlandais a atteint le sommet de son art. Au Festival de Berlin, Aki Kaurismäki a été récompensé avec un Ours d’argent pour la meilleure réalisation.
Ajouté à ma liste
Supprimé de la liste
La requête a échoué. Veuillez vous assurer que vous êtes connecté à Internet et réessayer. Si cela ne vous aide pas, nous serons heureux de vous aider par e-mail à l'adresse support@filmingo.ch ou par téléphone au +41 (0)56 430 12 30
Pour utiliser votre liste, prière de vous identifier ou, si vous n'avez pas encore de compte, d'en créer un.
Compartment No. 6
Juho Kuosmanen
Finlande
107′
Une jeune finlandaise prend un train à Moscou pour se rendre sur un site archéologique en mer arctique. Elle est contrainte de partager son compartiment avec un inconnu. Cette cohabitation et d’improbables rencontres vont peu à peu rapprocher ces deux êtres que tout oppose.
Ajouté à ma liste
Supprimé de la liste
La requête a échoué. Veuillez vous assurer que vous êtes connecté à Internet et réessayer. Si cela ne vous aide pas, nous serons heureux de vous aider par e-mail à l'adresse support@filmingo.ch ou par téléphone au +41 (0)56 430 12 30
Pour utiliser votre liste, prière de vous identifier ou, si vous n'avez pas encore de compte, d'en créer un.
Aalto
Virpi Suutari
Finlande
99′
Alvar Aalto, un des grands maîtres de l’architecture et du design européen, est considéré comme le père du modernisme. Ce Finlandais a transformé les espaces et les objets en oeuvres – on citera entre autres la Bibliothèque de Viipuri ou le Vase Aalto devenu entre temps, avec ses formes asymétriques, un classique du design. Le film nous raconte l’histoire d’Alvar Aalto, le visionnaire, et d’Aino Aalto, sa femme, qui a mis en pratique ses projets d’architecture moderne à base de bois, ainsi que ses concepts de design hors du commun. Ce couple peu conventionnel avait une passion commune pour les constructions organiques et une architecture à vocation humaine. Ils développèrent des valeurs démocratiques, pour concevoir un monde moderne au coeur duquel devait se trouver « l’homme simple ». C’est ainsi qu’ils reprirent l’idée du Bauhaus pour l’étendre au Nord de l’Europe tout en le remodelant de manière spectaculaire. La réalisatrice, Virpi Suutari, raconte la vie et l’oeuvre de ce duo de créateurs ainsi que leur amour si particulier.
Ajouté à ma liste
Supprimé de la liste
La requête a échoué. Veuillez vous assurer que vous êtes connecté à Internet et réessayer. Si cela ne vous aide pas, nous serons heureux de vous aider par e-mail à l'adresse support@filmingo.ch ou par téléphone au +41 (0)56 430 12 30
Pour utiliser votre liste, prière de vous identifier ou, si vous n'avez pas encore de compte, d'en créer un.